ÉDITO : La transformation de nos entreprises

La fin de l’année 2016 nous promet encore des changements dans le monde de l’assurance.

Entre la création de la FFA (fusion du GEMA et de la FFSA) début juillet, la nomination de Thomas Buberl à la tête d’AXA,  qui suivait celle de Philippe Donnet à la tête de Generali, les conséquences directes ou indirectes dans ces entreprises avec les départs de dirigeants historiques ,  Jean-Laurent Granier, Nicolas Moreau, Philippe Bernardi, Michel Estimbre la semaine dernière. Le monde de l’assurance dite traditionnelle connait et va encore connaître d’autres remous.

Ajoutons à cela la montée en puissance des interventions de l’ACPR, l’inquiétude sur la rentabilité du marché de l’épargne, une concurrence en IARD du particulier, notamment, qui  n’a jamais été aussi forte, dopée par la loi Hamon.

Les MSI (Mutuelles Sans Intermédiaires) qui avaient bénéficié jadis de progression de parts de marché spectaculaires en auto, se retrouvent aussi en concurrence directe avec des bancassureurs  qui avancent inexorablement. Aidés par des coûts d’intermédiation plus bas. On peut discuter sur le fait qu’ils se servent de leurs structures bancaires et que le vrai coût de commercialisation devrait être plus élevé…

Mais cela ne change rien au constat.Nos entreprises cherchent malgré cela à conserver leurs marges de rentabilité dans ce contexte plus contraint.Il va sans dire que, digitalisation aidant, les salariés de nos sociétés et mutuelles, risquent fort de se retrouver bousculés par ces éléments.

Comment réagir, que devons nous faire en tant que responsables de la CFE-CGC Assurances dans ces transformations ?

Nous considérons que nous n’avons d’autre choix que de nous adapter à ces évolutions,  l’immobilisme nous conduirait à l’asphyxie. Alors bouger oui, mais pas n’importe comment, pas à n’importe quel prix, et surtout pas sans nous…

Notre syndicat représente le plus souvent des populations qui, dans les entreprises, sont les porteurs justement de la transformation. Il appartient donc à l’entreprise de ne pas oublier de nous concerter très régulièrement sur les évolutions des métiers notamment, sur l’adaptation de la formation continue, sur les modifications profondes du quotidien des managers en les aidant à être plus efficaces.

Une baisse des effectifs, même naturelle, peut rapidement avoir des conséquences dramatiques en terme de fonctionnement de l’entreprise si on oublie par exemple la transmission du savoir…

Pour ces différentes raisons, et bien d’autres,  la CFE-CGC Assurance va lancer une campagne de communication pour mieux faire connaître ses positions et au besoin les expliquer à tous nos dirigeants.

C’est bien connu, de la discussion jaillit la lumière, nous espérons être entendus.

Joël Mottier Président de la Fédération de l'Assurance CFE-CGC

Joël Mottier
Président de la Fédération de l’Assurance CFE-CGC

 

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.