Comment manipuler le système de calcul de la représentativité dans la branche assurance?

2013-10-10-15-08-20 Le Haut Conseil du Dialogue Social doit statuer le 27 Novembre prochain sur la situation de la branche assurance et plus particulièrement sur la pesée de la CFE-CGC qui se voit, pour      le moment, privée de la comptabilisation de toutes ses voix non cadres au plan national, alors même qu’elles ont bien été validées dans toutes les entreprises d’assurances et mutuelles depuis la loi d’Août 2008.

 Les derniers arguments inventés par nos opposants (CFDT et CGT principalement): Affirmer qu’il n’y aurait que des ouvriers et des employés dans l’assurance chez les non cadres…!

 A bien les entendre, on comptabiliserait donc, sur les 130000 salariés non commerciaux de la profession; 73600 ouvriers et employés et 57000 Cadres!!!

A bien les entendre, il n’existerait dans l’assurance en France, aucun métier agent de maitrise, aucun métier de technicien, en bref aucun métier intermédiaire….sans parler des commerciaux.

Où sont donc passées ces professions intermédiaires de l’assurance?

Disparues par un coup de baguette magique? Dissimulées, ou cachées par nos opposants par des changements de dénominations ou autres artifices.

 D’après tous les documents que nous avons réunis, les effectifs des professions intermédiaires où la CFE -CGC a vocation à être représentée, totalisent 90% de la population non cadres soit environ 66000 salariés et 12000 commerciaux…. 

  Les affirmations de nos opposants,  aussi légères que mensongères, pourraient faire rire,  sauf à être crues voire admises par une instance nationale chargée de trancher le litige dont la CFE -CGC Assurance est aujourd’hui victime. Avec l’impact d’un résultat provisoire de ne pas nous restituer les voix que nous avons obtenues par des votes démocratiques.

 L’énormité de la ficelle utilisée par nos opposants ne doit pas abuser une instance de sages sur ses décisions , au risque de porter le discrédit sur tout un système.

7 juges de tribunaux d’instance viennent très récemment de trancher en notre faveur !

 Nous ne demandons pas plus que ce que nous représentons, mais  pas moins ! l’ampleur de cette  affaire doit faire réfléchir.  

   La CFE-CGC demande simplement à ce que les voix qui lui appartiennent lui soient restituées.

 Joël MOTTIER

Président de la Fédération

de l’Assurance et de l’Assistance CFE-CGC

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.